Le 1er RMH Scholar. 5 semaines aux USA, à la rencontre des anciens sites industriels

Par Isabelle Michard

RMH Prize - Isabelle Michard - 2012

Architecte et urbaniste en chef de l’Etat
Architecte des Bâtiments de France, chef du STAP
de Moselle
Ministère de la culture et de la communication

Il est fascinant et encourageant de constater comment à partir d’une seule action, une série de merveilleuses coïncidences peuvent en découler. Je viens de le vivre !

Le 4 décembre 2011, je me portais candidate au Prix du Richard Morris Hunt Fellowship. Je suis Architecte des Bâtiments de France, Chef de poste de Moselle, au Ministère de la Culture, chargée du patrimoine bâti. Je dois veiller à la qualité et à la cohérence des zones protégées autour de monuments historiques. Devant le RMHF Jury, je présentais mon sujet de recherche : le patrimoine industriel de Moselle, connu pour son industrie, ses usines de fer et d’acier et en particulier ses mines de charbon. Industrie en déshérence aujourd’hui, dans un paysage pollué, inoccupé, d’un avenir plus qu’incertain. Ma candidature ne sera pas retenue, mais le RMHF Jury impacté par l’actualité de mon sujet, décide de créer le premier RMH Scholar Residency. Je deviens le premier RMH Scholar et suis invitée à partir pour cinq semaines de recherche aux Etats Unis.

Le 30 juin 2012, L’UNESCO annonce l’inscription des Mines Nord-Pas-de-Calais, au Patrimoine Mondial. Pour la première fois, un bassin industriel obtient cette distinction. Notre Ministre de la Culture et de la Communication, Madame Aurélie Filippetti déclare: «Avec cette inscription, la valeur universelle et exceptionnelle de ce paysage tout à la fois, culturel, industriel et social rendant hommage au monde disparu de la mine est reconnu» La Moselle n’est pas citée mais il est clair que nous parlons d’un patrimoine universel et que cette prise de conscience révèle un changement des mentalités.

Le 1er juillet 2012, je m’envole pour la côte Est des Etats Unis. Un programme élaboré par AAF, va me permettre de découvrir le patrimoine industriel américain et de comparer l’approche française et américaine qui en est faite, de Philadelphie à Washington, Baltimore, Bethlehem puis Lowell, New Bedford, Nantucket, sans oublier Chicago, Garry.

Je rencontre les élus, les professionnels et les habitants. En tant qu’architecte française habituée à la «concertation» émanant de la loi de 2000 :  «Solidarité et Renouvellement Urbain», une notion, celle du «neighbourhood organisation» m’intéresse au plus haut point. Les ateliers auquel j’assiste ne consistent pas à présenter «le» document préparé par des professionnels aux résidents et aux associations. Au contraire, le projet est travaillé de concert, débouchant souvent sur un plan-guide, compromis entre les contraintes et les souhaits de chacun.

Autre remarque, à l’inverse de la politique de «tabula rasa» prévalant en général en Moselle, face à ces restes d’un patrimoine associé au chômage, à la pollution aux difficultés économiques, je constate aux USA, une dynamique sociale, politique et financière peu commune pour moi.

Après mes semaines américaines, je caresse l’espoir que la reconversion des sites industriels prendra en compte la présence de bâtiments souvent «marqueurs» du paysage, emblématiques de l’ancienne activité. La hiérarchisation des édifices à conserver s’appuiera sur leurs valeurs architecturales, patrimoniales et symboliques. Leur capacité à se transformer pour accueillir de nouveaux usages et une architecture contemporaine, sera étudiée.

Curieuse coïncidence. Je visite le site totalement reconverti des anciens hauts fourneaux d’Arcelor Mittal de Bethlehem (Pennsylvanie). En Septembre 2012, Arcelor Mittal annonce la fermeture des hauts fourneaux de Gandrange (Moselle. Pouvons nous rêver d’une reconversion … à l’américaine?

La mixité des fonctions et des propriétés doit être une priorité pour permettre la création de lieux de vie diversifiés et pour éviter le risque de la mono-activité redoutable pour l’économie du site et la vie sociale d’une zone géographique beaucoup plus vaste.

État, collectivités s’appuyant sur des règlements d’urbanisme locaux, flexibles, se doivent de rencontrer l’initiative locale privée en une action conjointe afin de garantir l’égalité des chances de territoires dans nos régions encore marquées par la fermeture de ces sites industriels.

Merci de m’avoir fait confiance, pour mener à bien la mission du premier RMH Scholar. J’espère que mon Scholar Final Report sera utile à notre profession.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s