Exposition Henri Labrouste (1801-1875), Architecte. La structure mise en lumière.

Bibliothèque Sainte Geneviève

Bibliothèque Sainte Geneviève

Par Seyna Bacot. Traduit par Cynthia Lasserre de Vezeronce.

Tel est l’intitulé de la récente exposition consacrée à Henri Labrouste, organisée á Paris, en étroite collaboration par Corinne Bélier, commissaire de l’exposition, conservateur en chef du Musée des Monuments Nationaux à la Cité de l’architecture & du patrimoine, par Barry Bergdoll, commissaire de l’exposition, Chief Curator du Philip Johnson Department of Architecture and Design au Museum of Modern Art (MOMA) de New-York, et par Marc Le Cœur,commissaire de l’exposition à la Bibliothèque Nationale de France et avec la participation de l’Académie d’Architecture et de la Bibliothèque Sainte-Geneviève. C’est à Manuelle Gautrand que l’on doit la mise en scène.

Cette coopération bilatérale perdurera au printemps 2013, par l’ouverture de l’exposition Labrouste, au MOMA de New York. (10 mars au 24 juin 2013).C’est la première fois qu’un double hommage de telle envergure, est rendu, des deux côtés de l’Atlantique, à ce chef de file des architectes romantiques que Viollet-le-Duc, pourtant bien plus connu que lui, admirait tant. Si Labrouste a profondément marqué l’architecture française de son temps, il faut constater combien il a retenu l’attention de bien des architectes aux Etats-Unis. N’oublions pas que Labrouste fut nomme membre de la prestigieuse association du American Institut of Architects (AIA).
Il est source d’inspiration pour Richard Morris Hunt, pour Charles Follen Mc Kim (Boston), pour Louis Sullivan, ou encore Henry-Russell Hitchcock. Tous fervents admirateurs de l’architecture novatrice des deux bibliothèques parisiennes, chefs-d’œuvre de Labrouste : la salle de lecture de la Bibliothèque Nationale de France et la bibliothèque Sainte- Geneviève.
Labrouste y utilise les matériaux et les arts traditionnels, pierre, bois, verre, sculpture et peinture, mais il a l’audace d’y adjoindre de matériaux nouveaux comme la fonte, ou le fer. Sa vision du traitement de la lumière est originale. Il s’aide des technologies nouvelles qui lui permettent de jouer, grâce á un rythme harmonieux de verrières, avec la lumière zénithale, pour de nuit recourir á l’éclairage au gaz si novateur, comme par exemple à la BNF. Sa salle de lecture, classée Monument Historiques, dont la restauration se terminera au printemps 2014, restera de pair avec la Bibliothèque Sainte Geneviève, un modèle iconique d’une avancée architecturale clef, toutes deux « un véritable temple de la connaissance. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s