Forum avec Jose Ignacio Linazasoro

Jose Ignacio Linazasoro

Jose Ignacio Linazasoro

A propos de l’architecture contemporaine et du rapport entre l’ancien et le moderne

Dans le cadre complexe et pluriel de l’architecture contemporaine, je me suis occupé essentiellement de bâtiments publics et de l’espace public, et j’ai travaillé dans beaucoup de sites patrimoniaux. J’ai donc rencontré un problème fondamental dans l´architecture contemporaine : le rapport entre l’ancien et le moderne. Beaucoup de gens pensent qu’introduire une architecture moderne à l’intérieur de la cité ancienne est dangereux, et même impossible. En ce qui me concerne, j’estime que renoncer à construire aujourd’hui dans les centres historiques sans un esprit contemporain, c´est une attitude irresponsable. Les centres anciens sont des êtres vivants et c’est pour cela qu’on ne doit pas réduire la ville à un musée d´architecture du passé, ni à un pastiche.

*Jose Ignacio Linazasoro, architecte madrilène, a délivré la 12ème Leçon inaugurale de l’Ecole de Chaillot le 2 février 2016 à Paris. 

Néanmoins, pour faire un projet en centre historique, il faut trouver des instruments précis et, de plus, avoir une sensibilité et une connaissance particulières de l’architecture en général, et non seulement de l´architecture ancienne.

Dans mes projets, j’ai essayé de bien manier ces instruments, dont l´échelle, la proportion et la matérialité sont les plus importants. Quand j’ai commencé le Centre de Congrès à Troyes, un projet situé au cœur du centre historique d’une ville ancienne très bien conservée, j’ai étudié les maisons particulières et les églises gothiques pour y trouver la proportion du tissu urbain. Dans le même temps, j’ai aussi médité d’autres références d’architecture moderne, de Le Corbusier, Louis Kahn, Lewerentz ou même certains de mes projets.

Ainsi, je pense que je puis affirmer qu’à Troyes, j’ai introduit un fragment d’architecture contemporaine mais avec l´échelle et la proportion de l’architecture ancienne de la ville.

À Reims, j’ai imaginé une place publique en face de la cathédrale, plus proportionnée que l’ancienne et avec une géométrie qui, étant contemporaine, ressemble plus à la géométrie médiévale de l’espace originel.

À Madrid, dans le quartier de Lavapiés, j’ai construit un centre universitaire et une bibliothèque dans la ruine d´une ancienne église baroque détruite pendant la Guerre Civile de 1936. J’ai proposé de respecter la ruine sans reconstruire l’ancienne église car cette ruine était très importante pour l’image du quartier. Donc, il s’agissait de la couvrir  et construire une nouvelle façade pour enfermer l’espace. Le nouveau bâtiment construit à coté est un bâtiment contemporain mais qui s’accorde avec la ruine grâce à la brique artisanale qui est leur matériau commun.

En somme, dans tous mes projets, même en dehors des centres historiques, j’ai proposé une harmonie entre ancien et moderne, pour affirmer la continuité entre passé et présent.

José Ignacio Linazasoro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s