Notre-Dame de Paris

En avril 2013, Benjamin Mouton accompagné par Michèle le Ménestrel Ullrich partit aux États-Unis pour une Série de Prestige du RMHP de quatre conférences à l’occasion du jubilé des 850 ans de Notre-Dame.

La première conférence à Washington, D.C., au National Building Museum, fut parrainée par François Delattre, Ambassadeur de France. Ce fut un grand succès qui ne se démentit pas lors de l’intervention de Benjamin Mouton dans une salle comble de la Penn School of Design, University of Pennsylvania. À ce propos, Bonita Mueller, RMHP Fellow, écrivait « je suis depuis toujours l’une des plus grandes admiratrices de Benjamin… La série de conférences du Richard Morris Hunt Prize a été un succès retentissant ». Pour la troisième conférence, le voyage se poursuivit à Columbia University, New-York, à la généreuse invitation du professeur Jorge Otero Pailos. Newport fut la dernière intervention de Benjamin Mouton accueilli par la Preservation Society dans le souvenir de notre grand Richard Morris Hunt.

Benjamin a alors porté haut les couleurs du patrimoine français et celles du RMHP. Aujourd’hui, pour nous, Benjamin Mouton retrouve son intimité avec Notre-Dame. Veuillez suivre ce lien :

Lire la suite

Architecture en mouvement : irréalisable ?

Par Jacqueline Mainguy

Chantier du Rolex Centre, juillet 2009 cliché Epfil Alain Herzog

Lausanne et ses collines au bord du Leman ont-elles inspiré Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa créateurs de l’agence japonaise Sanaa, dessinant pour le Learning Rolex Center de l’École polytechnique fédérale (EPFL), cette « architecture de mouvement » où l’harmonie de la courbe se conjugue avec l’espace, la nature et l’esprit ? L’École spéciale de Lausanne (nom donné à l’origine), spécialisée dans le domaine de la technologie et de la science, est née en 1853. Depuis, beaucoup a changé. Peu à peu, s’est créé un campus, un campus surprenant sans réel point central, vide de lieux de rencontre. Le Rolex Center, ce projet expérimental va répondre à ce besoin. Lire la suite

Back to our roots

Vue vers l’abbaye Saint-Antoine (Isère), l’un des sites étudiés par John Robbins.

Nous avons la joie d’annoncer la parution d’un nouveau titre dans la bibliothèque numérique des rapports de recherche de nos Fellows et Scholars. Ce projet de publication annuelle bénéficie du soutien de la Sondra & Charles Gilman Jr. Foundation.

John Robbins, Premier RMHP Fellow américain 

En 1990, John Robbins, premier lauréat du Richard Morris Hunt Prize, écrivait : « les traditions des sites et structures historiques sont très différentes en France et aux Etats-Unis. Les monuments français sont principalement d’art et d’architecture ; les monuments américains sont principalement des monuments de l’histoire politique et sociale…..  Différences subtiles mais importantes, les préservationistes français et américains ont beaucoup à s’offrir, et l’échange rendu possible par  le RMHP est un excellent début pour les échanges. » Quelle prescience, John !

Presque trente ans se sont passés. Les Lauréats sont au nombre de trente-trois. Que de richesse humaine, d’amitié engrangée, de richesse professionnelle, de progrès. Les thèmes de recherche abordés par les lauréats touchent de plus en plus aux problématiques de l’architecture de demain.  Et chaque année apporte ses nouvelles ouvertures, une aide à la profession illustrant bien le « motto » du RMHP : « Innover pour Préserver ».

— Michèle le Menestrel Ullrich, RMHP Founder

Cliquer ici pour accéder à la RMHP Final Reports Collection

John Robbins est Deputy Administrator de la National Gallery of Art à Washington, D.C. depuis 2005. Il obtient son diplôme d’architecture à l’Université de Virginie avant de poursuivre ses études en histoire de l’art à l’université du Mississippi. Il travaillera pour le National Park Service de 1999 à 2005. En 2017, il est élu représentant américain du conseil d’administration de l’ICCROM et rentre au comité exécutif de finance et d’administration.