France 1994 : une image de la préservation du patrimoine

Ruth Todd, 1994

L’on peut s’interroger sur le bien fondé de la publication d’un Fellow de 1994. Je vous invite à le lire. Il est remarquable. Le système administratif de la protection du patrimoine en France est décrit avec la minutie d’un orfèvre, avec sérieux et pourtant humour, il nous permet de faire le point avec les règles d’aujourd’hui, il nous permet de comparer.

C’est bien grâce aux efforts faits dans le domaine de la préservation qu’aujourd’hui tant de monuments existent encore. Nous ne pouvons que nous étonner et nous réjouir que le « Patrimoine » soit devenu une affaire nationale, qu’il fait la une des émissions de télévision, les gros titres de la presse et que même, il arrive à être l’objet de la Loterie nationale française, le Loto (→ voir à ce sujet l’article de Claire Bommelaer et Mathilde Visseyrias).

La réussite de la carrière professionnelle de Ruth Todd en est un excellent exemple. Ne pourrions-nous pas dire que c’est l’effet RMHP ! Le Fellow qui débarque en France en 1994 est aujourd’hui FAIA, elle caracole en tête des plus grands projets de préservation en Californie en tant que « principal » de l’agence Page & Turnbull de San Francisco.

Michèle le Menestrel Ullrich

→ Veuillez suivre ce lien vers la RMHP Final Reports Collection

300 ans à la Nouvelle Orléans, la « Crescent City » : Géographie, culture et climat

Du 16 au 21 octobre 2018

Rencontre bisannuelle des Richard Morris Hunt Prize Fellows et Scholars

 

Les RMHP Fellows et Scholars ont choisi, en cette année si symbolique des 300 ans de la naissance de la ville, de se retrouver pour leur réunion bisannuelle, à la Nouvelle-Orléans, la plus française des villes américaines, sous la conduite de Wendy Hillis 2007 RMHP Fellow, architecte de Tulane University, accompagnée de Beth Jacob 2017 RMHP Fellow.

Nous allons découvrir cette ville de soleil, de parfums, de fleurs, de musique, ou Louis Amstrong chantait : « C’est si bon… », où le temps semble avoir un rythme différent. Cette ville s’enroulant autour du « Père des Eaux », ce Mississipi, souvent invisible, immense seigneur qui commande toute la province, minotaure séducteur et destructeur…Cette ville qui après avoir subi Katrina en 2005, semble avoir tourné la page.

Sabina Fabris, 2002 RMHP Fellow, ouvre le feu de ces cinq jours magnifiques. Sautant les siècles, elle conte au public rassemblé au AIA Architects Center, la re-naisssance des jardins du château de Chambord. En effet, l’équipe de l’agence Philippe Villeneuve dont elle est le chef de projet, a retrouvé les plans de ces jardins qui n’avait jamais trouvé l’intégrité de leur dessin initial. Et aujourd’hui, depuis peu, ceux-ci enchantent le regard.

→ Suivre ce lien pour consulter cette présentation

Nous nous devions d’en savoir plus sur ce Mississipi et son estuaire omniprésents. Richard Campanella, Senior Professor of Practice of Architecture and Geography à Tulane University, nous les présente lors d’une conférence magistrale. Régulation des eaux, contrôle, écoulement, marées, lacs de déversement, canal… Que d’inconnues, que de questions inquiétantes.

Nous ne pouvons parler de NOLA, abréviation du nom de la ville et de sa province, sans évoquer ce qui, à puissance infinie, la meut, chaque année, à savoir, le « Mardi Gras ». Il est clair qu’il y a, un avant, un après, un millésime, un Roi. Une exposition étourdissante nous l’explique. Un lieu mythique lui est intimement associé, nous allons nous retrouver pour déjeuner « chez Antoine au Rex Room », à l’invitation de Jean et Buddy Bolton. Les fameuses huitres Rockefeller y furent inventées.

Lire la suite

L’Anneau de Mémoire de la Grande Guerre de 1914-1918

Vue depuis la tour lanterne, cliché L. Monsaingeon, nov. 2018

Nord de la France, Pas-de-Calais – Construit en moins d’un an, le Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette a été inauguré par le président François Hollande le 11 novembre 2014. Quatre années plus tard, il est visité par le président Emmanuel Macron le 8 novembre 2018 dans le cadre des commémorations de la Première Guerre Mondiale, à l’approche de la date hautement symbolique du 11 novembre 2018 qui marquera le centenaire de l’arrêt du conflit qui emporta des millions de vies, en Europe et ailleurs.

Le président Macron s’arrête pour lire les noms des 600 000 combattants Photo Ludovic Marin. AFP

 

Inédit par son ampleur comme par sa nature (il ne commémore aucune victoire, mais mêle par ordre alphabétique strict les 600000 combattants amis et ennemis d’hier, réunis en une fraternité posthume), le dossier de presse de l’Élysée désigne le Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette comme « le monument le plus emblématique construit durant le cycle commémoratif du Centenaire ».

Lire la suite