L’Anneau de Mémoire de la Grande Guerre de 1914-1918

Vue depuis la tour lanterne, cliché L. Monsaingeon, nov. 2018

Nord de la France, Pas-de-Calais – Construit en moins d’un an, le Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette a été inauguré par le président François Hollande le 11 novembre 2014. Quatre années plus tard, il est visité par le président Emmanuel Macron le 8 novembre 2018 dans le cadre des commémorations de la Première Guerre Mondiale, à l’approche de la date hautement symbolique du 11 novembre 2018 qui marquera le centenaire de l’arrêt du conflit qui emporta des millions de vies, en Europe et ailleurs.

Inédit par son ampleur comme par sa nature (il ne commémore aucune victoire, mais mêle par ordre alphabétique strict les 600 000 combattants amis et ennemis d’hier, réunis en une fraternité posthume), le dossier de presse de l’Élysée désigne le Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette comme « le monument le plus emblématique construit durant le cycle commémoratif du Centenaire ».

L’équipe, lors du décoffrage de la partie en porte-à-faux

… et à la fin du chantier

Le monument est l’œuvre de l’architecte Philippe Prost, et la direction de projet a été pilotée par Lucas Monsaingeon, architecte et Richard Morris Hunt Fellow 2016.

→ Suivre ce lien pour une conférence de Lucas Monsaingeon sur le Mémorial, filmé aux Archives nationales.

L’Anneau de Mémoire a reçu de nombreux prix et distinctions en France et à l’étranger, dont le Prix de l’Équerre 2014 et l’ACI Excellence in Concrete Construction Award décerné par l’American Concrete Institute en 2016 à Philadelphie.

La reconquête des berges des fleuves aux États-Unis : Un regard français

Nouvelle parution dans la RMHP Final Reports Collection

Florence Declavellière est notre 2016 RMHP Scholar. Nous pourrions lui appliquer la phrase prémonitoire qui parut dans le New York Times en 1983 lorsque je fondais FHS, à l’époque Friends of Vieilles Maisons Françaises : « Menestrel says “In America, the sky is the limit.” »  En 5 semaines, Florence, boule d’énergie, a rapporté un riche bagage, utile à sa profession, et nous remet un Final Report qui enrichit la Collection.

À son retour Florence écrit : « [Le RMHP estune reconnaissance professionnelle qui, je l’espère, me permettra d’accéder à de nouvelles opportunités, l’acquisition d’une double culture d’adoption qui m’influence au quotidien, l’appartenance à un réseau qui se consolide au fil de nos réunions bisannuelles et s’enrichit chaque année de nouveaux membres, ainsi qu’une aventure humaine extraordinaire où tous les possibles deviennent accessibles ».

— Michèle le Menestrel Ullrich

Pour accéder aux RMHP Final Reports, suivre ce lien. 

Le Richard Morris Hunt Prize pleure un grand ami

Alan Schwartzman, invité d’honneur du RMHP Jury le 3 déc. 2017 à Paris.

Hier soir le 8 mars, ses deux fils près de lui, notre grand ami Alan Schwartzman, FAIA, est parti rejoindre son épouse bien aimée, Ruth, disparue l’hiver dernier.

Ami fidèle, constructif, du Richard Morris Hunt Prize dès le premier jour, Alan, membre fondateur de l’AIA-EUROPE (American Institute of Architects), nous a permis de connaître l’AIA. L’État français l’a reconnu en tant que Commandeur des Arts et des Lettres.

Nous remercions cet homme de bien, d’honneur, ce grand professionnel. À Dieu.

News from ICOMOS International…

Jean-Christophe Simon, RMHP Fellow 1993, Architecte et Urbaniste en Chef de l’État, Ministère de la Culture, Inspecteur Général des Patrimoines, vient d’être élu au Conseil d’ICOMOS International. Ce spécialiste des problèmes de restauration au Cambodge a été invité par les autorités cambodgiennes à animer une formation destinée aux cadres du patrimoine de ce pays.

Le RMHP au Séminaire Inter-Écoles de l’ENSA Paris-Belleville

L’architecture et le patrimoine américains à l’honneur

Le 4ème séminaire inter-écoles du Réseau scientifique et thématique d’enseignement et de recherche dans le champ du patrimoine se tiendra à l’ENSA Paris-Belleville du 8 au 10 février 2018. Les journées de rencontres entre enseignants et chercheurs seront l’occasion d’échanger sur les expériences pédagogiques menées dans toute la France et au-delà, mais aussi de renforcer les bases du réseau « Architecture, patrimoine et création » habilité par le ministère de la Culture depuis janvier 2018. Cet événement sera également l’occasion de mettre à l’honneur un pays invité : les États-Unis, grâce au partenariat avec le Richard Morris Hunt Prize. Trois architectes américaines et de nombreux RMHP Fellows et Scholars français seront présents pour débattre et animer ces deux journées.

Avec le soutien de l’Ambassade des États-Unis en France