Pierre-Antoine Gatier : Le premier Final Report RMHP français disponible en version numérique

Dans la continuité de nos publications numériques, nous sommes heureux d’annoncer la parution du travail produit par Pierre-Antoine Gatier en 1991, désormais disponible dans la rubrique Final Reports. La diffusion des travaux de nos Fellows et Scholars est rendue possible grâce au soutien de la Sondra & Charles Gilman, Jr., Foundation.

P.-A. Gatier, FAIA, ACMH

« Un Américain, John Robbins, est devenu le premier lauréat. Je deviens le premier Richard Morris Hunt Fellow français », écrit Pierre-Antoine Gatier. En un mot, Pierre-Antoine exprime déjà notre histoire : échange, alternance, une éthique de réciprocité.

On s’interroge, pourquoi un architecte sorti major du concours des Architectes en Chef des Monuments Historique, abandonne-t-il son agence, met en attente ses dossiers, pour partir en Amérique ? L’enseignement français lui avait donné le maximum – il le savait – mais intuitivement, il aspirait à une dimension autre, explorer un autre contexte, partant d’autres bases culturelles. Il espérait que l’Amérique lui donnerait cette vision qui nourrirait ensuite ce que deviendra sa carrière.

Trente-trois ans après, PAG confirme son leadership et son engagement patrimonial, à la fois auprès de la commande privée et de la commande publique. Avec des chantiers plus prestigieux les uns que les autres, tant en France qu’à l’étranger, il est aujourd’hui un bon exemple de l’excellence pour la jeune génération, et un grand Fellow.

— Michèle le Menestrel Ullrich, RMHP Founder

Pour accéder au Final Report de Pierre-Antoine Gatier, suivre ce lien vers notre bibliothèque numérique.  *Pour une raison technique, nous ne sommes pas en mesure de vous proposer l’intégralité de la version française avant la fin des vacances du Nouvel An. La rédaction d’origine, en anglais, est toutefois disponible sur notre interface anglophone, en cliquant l’option « EN ».

Sur le National Mall, les anciens du RMHP accueillent notre Scholar française

Auprès du Hishhorn Museum and Sculpture Garden : John Robbins, Bob Hotes, Thom Minner, Florence Declaveillère, Tina Roach. Washington DC, août 2017.

Du carnet de voyage de notre Scholar…  

Actuellement en déplacement aux Etats-Unis dans le cadre du prix Richard Morris Hunt Prize Scholar 2016, Florence Declaveillère a eu l’occasion de rencontrer Tina Roach (Fellow 2009) et Bob Hotes (Fellow 2011) lors de son passage dans la capitale américaine organisé par les bons soins de Thom Minner, RMHP USA Program Director. Parmi les lieux visités, le Mellon Auditorium, le Georgetown Waterfront, le C&O Canal…  John Robbins (Fellow 1990), Deputy Administrator de la National Gallery, a acceuilli Declaveillère pour un déjeuner et la visite du bel édifice public placé sous sa responsabilité.

Poursuivant son voyage de recherche, Florence Declaveillère a découvert les beautés de Savannah sous sa luxueuse canopée de chênes, a parcouru ce joyau d’urbanisme en visitant quelques-unes de ses belles maisons sous la conduite de Jeff Eley, professeur de la SCAD, membre du conseil d’ICOMOS. Depuis la France, nous souhaitons à Florence bonne route dans sa découverte des villes riveraines d’Amérique.

Une autre vue sur Richard Morris Hunt

Depuis avril 2016, l’Association nationale des Architectes des Bâtiments de France (ANABF) passe son prestigieux magazine La Pierre d’Angle de version papier en version numérique.

À lire au numéro de jullet 2017, un portrait biographique de l’architecte américain Richard Morris Hunt par Paule Laudon, ainsi qu’un essai personnel par notre Fellow 2017, l’américaine Beth Jacob. Veuillez suivre ce lien pour accéder à l’intégralité de l’article sur le site de l’ANABF : « Richard Morris Hunt: trait d’union entre les États-Unis et la France ».

Mies van der Rohe : un repère architectural à Barcelone

© Galerie nationale de Berlin, 1968

Par Jacqueline Mainguy

C’est à l’Exposition internationale de 1929 à Barcelone que l’architecte Ludwig Mies van der Rohe a exprimé son talent avant-gardiste des années 20. Le Pavillon allemand est situé dans un coin boisé de la colline du Parc Montjuic. Mies van der Rohe ne souhaitait pas être trop près de l’ensemble des autres multiples exposants nationaux. Il présente l’Allemagne,  y accueillit le roi d’Espagne Alphonse XIII et les officiels allemands. Mies van der Rohe projette dans ce bâtiment tout ce que l’architecture représentait pour lui, soit les bases de sa philosophie : symétrie parfaite, espace, clarté, simplicité et minimalisme. Lire la suite