Journée d’études franco-américaine, 29 mai 2015, 2/3

par Michèle le Menestrel Ullrich.

Table-ronde animée par Mireille Grubert, avec Alain Marinos, Inspecteur général des patrimoines, Conservateur général des patrimoines, Florence Jeanjean, RMHP France program Director, Stéphanie Zugmeyer, Architecte du patrimoine, archéologue (RMHP Fellow 2000)

Nous avons choisi, pour cette première table ronde, de nous interroger sur la dimension culturelle de la conception du patrimoine, et du rôle que celui-ci joue dans les différents pays, selon leur culture.
Lire la suite

Journée d’études franco-américaine, 29 mai 2015, 1/3

Par Jacqueline Mainguy.

L’idée d’une telle journée d’études a germé lors d’une rencontre entre Michèle Le Ménestrel Ullrich et Catherine Graindorge, la directrice des études et de la recherche de l’Ecole de Chaillot, qui les ont conçues et organisées. Elles ont été aidées pour cela par Florence Jeanjean pour le RMHP et Lydie Fouilloux pour l’Ecole de Chaillot. Je les remercie dès à présent.

En effet, l’Ecole a tissé des liens avec cette fondation qui offre tous les ans depuis 1990 un prix de 25 000 $ à un jeune architecte œuvrant dans le domaine du patrimoine. Ce prix est attribué une année à un français, une année à un américain. Il leur offre un séjour d’étude aux Etats-Unis portant sur des thématiques patrimoniales. Ce sont les 26 Fellows ou les 2 Scholars du Richard Morris Hunt Prize. Parmi eux, 13 sont diplômés de l’Ecole de Chaillot. Nous aurons aujourd’hui l’occasion d’entendre 11 Fellows et deux Scholars parmi ces lauréats. Deux des Fellows ont fait le voyage depuis les Etats-Unis. Lire la suite

Conclusion – Rencontre des Fellows – Séminaire 2012

par Jean Christophe Simon (RMHF 1993)
Inspecteur Général des Patrimoines
Collège des Monuments Historiques à l’Inspection des Patrimoines

par Ruth Todd FAIA (RMHF1994)
Page and Turnbull, Inc San Francisco (CA), Principal

Ces trois jours passés ensemble nous ont permis de rencontrer et d’échanger avec l’ensemble des acteurs impliqués dans la préservation et la mise en valeur du patrimoine :

• Propriétaires et décideurs politiques;
• Maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre;
• Responsables du contrôle scientifique et technique;
• Établissement public en charge de la politique d’ouverture au public et de la pédagogie du patrimoine ;
• y compris les artisans en charge de ce patrimoine culinaire que constituent, citons les, le foie gras et le vin qui nous ont été généreusement offerts au château de Serres. La pérennité de notre héritage commun et sa vitalité passent par la volonté et l’investissement commun de tous ces acteurs avec lesquels nous avons pu échanger au cours de ces journées d’étude.
Albi constitue la parfaite synthèse de nos travaux et des trois thèmes que nous avons abordés au cours de nos ateliers :
• Le monument dans son environnement;
• Le monument accessible;
• La création dans les monuments.
Je retiendras de vos contributions et réflexions que pour être vivant le patrimoine doit faire partie intégrante de la Cité ; que nous travaillons pour les habitants en tout premier lieu mais aussi pour les visiteurs et amateurs des monuments car c’est ma conviction profonde, le patrimoine est le bien commun de la nation, le bien commun de l’humanité. Pour prendre tout son sens, il doit donc être accessible à tous en participant à la vie de chacun. Tous ces points, nous les avons partagés conjointement, architectes américains et français.

Cette préoccupation qui nous habite nous réunit et incarne parfaitement les valeurs portées par le Richard Morris Hunt Fellowship.

Nous avons ainsi pu constater, par ces échanges, ces «regards croisés» combien nos préoccupations sont semblables et combien nous pouvons apporter les uns aux autres.

C’est ce partage d’expérience, ce travail en réseau des Fellows qui trouve ici sa justification. Je vous remercie tous très sincèrement pour la richesse de vos contributions et la force de votre engagement.

Ruth Todd, ajoute:

Depuis 1994 les méthodes de préservation n’ont pas subi de grands changements aux Etats Unis. En France, par contre, la situation a beaucoup évolué. Par exemple, agrandissement des périmètres de protection mais surtout fait notable l’urbanisme devient une notion très importante de la préservation. Avec la diffusion de l’information, la technologie rend plus facile le fait de communiquer et de participer.

Avec la diffusion de l’information,les progrès de la technologie, communication et participation deviennent plus faciles. Aujourd’hui, nous les RMH Fellows sommes devenus un groupe d’importance significative, et chaque année nous apporte un enrichissement de la qualité de ce Fellowship.

Rendons grâce à nos «chaperons» à qui nous le devons !

Toulouse, Albi, Carcasonne – Séminaire RMHF 2012

Après Paris, Lyon et Angers, le RMHF a souhaité s’associer à la ville de Toulouse, exemple remarquable de la«tradition »et de«l’innovation architecturale»dans un contexte historique. En effet, tous les deux ans, les lauréats du RMHF se retrouvent soit en France, … Lire la suite

Wang Shu et la leçon inaugurale, à l’Ecole Chaillot de Paris

Le mardi 31 janvier 2012, pour la première fois, l’école de Chaillot a invité un architecte étranger à prononcer la prestigieuse « Leçon inaugurale ».

WANG SHU,

Global Award for sustainable Architecture en 2007,
Grande médaille d’or de l’Académie d’Architecture de Paris, en 2011

En fevrier 2012, Wang Shu sera le lauréat du prestigieux Pritzker Prize. La France avait déjà su reconnaitre son mérite exceptionnel.

Diplômé d’architecture à l’université du Sud-Est à Nankin, il obtient son doctorat à l’université Tongji de Shanghaï en 2000.
En 1998, il crée avec sa femme, Lu Wenyu, son agence Amateur Architecture Studio à Hangzhou, où il dirige aujourd’hui le Département d’Architecture de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts.

Il fait preuve d’une approche sensible et poétique du savoir-faire traditionnel, en utilisant un vocabulaire architectural très contemporain.

Parmi ses réalisations :

• Le musée d’Art contemporain de Ningbo (2006)
• La rénovation de la rue Zhongshan à Hangzhou
• Le Jardin des Tuiles à la 10ème Biennale de Venise (2006)
• Le pavillon Tengtou-Ningbo à l’Exposition universelle à Shanghaï (2010).

WANG SHU s’inscrit dans la tradition de ces leçons inaugurales de l’école de Chaillot, la relation entre la création, l’histoire et le patrimoine. Il redécouvre la tradition, l’assimile et la transcende.